4.2.10

Fin de la Baraka


Barry Blitt illustre régulièrement des couvertures pour le magazine The New Yorker. Un anniversaire douloureux pour le président américain, mais au travers de ce dessin, Blitt montre surtout ce besoin absurde d'idolatrer une personne en oubliant totalement le contexte politique du pays. Personne n'a les pouvoirs de superman, ni de l'homme araignée... ni de tout autres super héros américain et encore moins de Jésus.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

C'est dingue tout de même la prise de conscience actuelle qu'Obama n'est pas le Messie qui va sauver le monde, juste le président américain actuel en poste pour défendre les intérêts américains...

Pour ma part, je n'ai jamais compris l'enthousiasme général à son égard... Il est black ? Oui, et alors ? Ça en fait un homme meilleur ? (meilleur que Bush, ça c'est sûr... mais après ?)

La lecture des bouquins de Noam Chomsky devrait être obligatoire à quiconque veut comprendre la politique américaine, dont Obama n'est que l'incarnation actuelle.

Fred2

Enregistrer un commentaire